Un article hautement philosophique. Voilà ce que je vous propose.

Ce midi, en revenant de l'école avec ma fille, j'ai eu une furieuse envie de gâteau. Oui je sais, c'est pas bien. Les gâteaux, c'est le mal. Tanpis.

Munie de mon portefeuille, je me suis donc rendue à la boulangerie, en face de chez moi. En entrant, je me suis donc mise à parcourir cette fameuse vitrine, celle qui est notre cauchemar à tous. Elle est notre cauchemar, à cause du nombre impressionnant de gâteaux qu'elle garde jalousement.
Toutes ces variétés différentes... Au chocolat, sans chocolat, avec ou sans crème, pâte feuilleté, pâte sablée... avec ou sans fruits. Je confirme mes dires prononcés plus haut. Cette vitrine est un cauchemar. Délicieux, certes, mais tout de même.
Alors que je parcourais cette vitrine avec envie, je me suis arrêtée. Il était là, l'objet de mon fantasme. Un pudding. J'adore ça. Un fait supplémentaire, la boulangerie en face de chez moi le fait à sa façon, rajoute un nappage de chocolat, et parsème deux des bords avec de la noix de coco. J'adore le chocolat. J'adore la noix de coco.
Cette boulangerie est diabolique, je vous le dit. J'ai donc acheté ladite part de pudding.
Après le repas, j'ai donc déballée cette part de pudding, et je me suis retrouvée scotchée devant. Je me suis rendue compte de sa taille. Elle était coupée en carré, un carré parfait, mais c'était tout de même une grosse part. Je l'ai regardée un moment. J'ai observé cette part, regardé son nappage, ces deux bords parsemés de noix de coco, l'espace d'un instant, l'idée de la prendre en photo m'a même traversé l'esprit. Et je me suis dit : "Mais comment je vais faire pour manger ça ?". Un Ami, qui était là, m'a dit : "Bah coupe-là en deux". Je lui ai répondu que je ne le pouvais pas, sinon, la part ne serait plus que deux petits morceaux, et ne serait plus parfaite. Le tout sans même lever les yeux de sur ladite part de pudding. Il m'a répondu "Bah mange-là comme ça... Mais t'es bien barrée quand même", et il riait. Alors certes, je n'ai pas pris de photo. Mais je me suis dit que ce doux instant de folie qui à fait partie de ma vie, valait bien un article de blog au minimum.
Ma fille quant à elle, a opté pour une simple barre chocolatée, et n'a donc rien vécu de tout ça. Mais si elle est aussi "barrée" que sa mère, son tour viendra....