Il est arrivé, ce jour que j'ai attendu. J'ai pu le vivre, avec elle.

La Choupinette à Couettes.

Presque 11 printemps aujourd'hui. Une petite fille dont je suis fière. Amoureuse de culture, curieuse de tout. Elle lit, réfléchit, pose des caisses de questions. Je suis parvenue à l'écarter un peu de cette lubie Youtube dans laquelle elle semblait partir peu à peu. Trop à mon goût.
Je ne la prive pas de Youtube bien entendu, ce serait stupide y allant moi même, mais je la préfère devant quelque chose de plus riche, comme des livres ou des émissions qui vont la faire avancer.
La culture n'est pas quelque chose de pénible ou de fatiguant. Je supporte assez mal d'entendre quelqu'un dire regarder de la télé poubelle pour se détendre, parce qu'on ne peut pas réfléchir tout le temps, parce qu'il faut se reposer. Ce discours fait passer la culture pour quelque chose de chiant qui épuise. Et ça n'a strictement rien de réaliste. Ce discours est juste néfaste et contribue à l'image ridicule que la société a en général des gens cultivés. On rappellera que désormais "intello" est une moquerie, une insulte. La culture, c'est l'épanouissement. L'émerveillement. Deux choses qui n'ont rien de chiant ou d'épuisant. La culture n'empêche ni l'amusement, ni la détente, loin de là.

Elle vient d'avoir son premier téléphone. On vit à la campagne. Genre le coin de campagne ravitaillé par les casques bleus, au point qu'il n'y a plus de banque, et qu'à la fin elle n'ouvrait plus que le matin tellement il y avait du monde. Et ils voulaient fermer le micro bureau de La Poste même qu'on tient qu'à trois dedans, en comptant le mec qui s'emmerde désespérément au guichet.
L'état a eu la bonne idée de supprimer toutes les cabines téléphoniques, il fallait bien trouver une astuce pour les vendre, ces satanés portables, n'est-ce pas.
En une soirée, elle m'a arrosée de SMS. M'a appelé 5 fois. Je suis, malgré que je fus quelque peu harcelée, heureuse et très touchée d'être la première personne à qui elle a eu envie de parler après avoir installé sa carte SIM.

Elle passe en 6ème. Septembre, c'est le collège. Le début de tout. De la fin, surtout.

Le forfait téléphone éclaté en 15 jours. Parce que c'est une meuf et elle va avoir des copines aussi meufs qu'elle. La baraque qui va se transformer en hall de gare pour merdeuses accroc à Kévin, celui qu'à les boutons. Je rappelle d'ailleurs à Kévin que j'ai un alibi indiscutable.

J'espère avoir réussi à créé suffisamment de liens, de confiance entre elle et moi. J'ai tout fait pour ça, depuis sa naissance. J'espère qu'elle sait que je suis son alliée, et pas une ennemie, chiante et ringarde, qui voudra la priver de tout. J'espère qu'elle saura venir me voir quand ça n'ira pas. J'espère que je saurais voir quand ça ne va pas. Ils sont tellement doués, les mômes, pour cacher les choses.

Est-ce que j'ai peur ? Oui. Je ne le lui montre pas. Mais oui. J'ai peur pour elle. Je mets un mouchoir sur mes émotions et je la laisse vivre, tout en étant attentive. Je suis à une période de sa vie où je vais voir si ce que j'ai fais jusque là a été efficace. Si vous saviez à quel point j'ai peur de m'être plantée. Pas pour moi, je me fiche de moi. Mais pour elle. J'espère avoir su lui montrer que je suis là, et serai toujours là. Qu'elle peut compter sur moi, quelque soient ses choix. J'espère vraiment qu'elle le sait. J'espère qu'elle sait qu'elle n'est pas seule.
C'est ça qui me fait peur. Qu'elle ressente ça. La solitude, le sentiment de ne pas avoir d'allié, de ne pas avoir d'épaule pour pleurer, ou de bras qui pourraient la soutenir quand elle aura le sentiment de ne plus tenir debout. Parce que pour l'avoir ressenti moi même, ça fait mal. C'est une douleur sourde. Pénible. Vive. La différence, c'est que moi j'avais de quoi le ressentir. Mais pas elle. Je vais continuer de faire de mon mieux. Je ne peux, au final, rien faire d'autre que ça.

Je lui ai acheté un cadeau, pour son passage en 6ème. J'ai choisi le cadeau, mais je lui ai laissé choisir l'édition, elle a choisi la plus belle. J'oublierai jamais ce que j'ai vu, à la FNAC.

Les Yeux du Dragon - Stephen King - Blog Anamnesis

Son tout premier Stephen King.

Lorsque je lui ai dit qu'un livre de Stephen King était son cadeau, elle a été ravie. Elle a l'habitude de me voir collectionner ses livres et les dévorer.
A la FNAC, j'ai donc cherché la grande édition, et celle de poche, pour qu'elle compare et fasse son choix. Ce livre là, c'était le dernier. Lorsqu'elle l'a vu, elle a presque hésité à le prendre, par peur de l'abîmer. Une fois qu'elle l'a eu dans les mains, elle a passé sa main dessus pour sentir les reliefs, elle ouvrait de grands yeux, parcourait délicatement le contenu. Dans son esprit, c'était celui là, son premier King. Lorsqu'elle a vu la version de poche, qu'elle a trouvé jolie, elle n'en a pas voulu et je n'ai pas été surprise.
Je n'attendais pas cette réaction là, en toute sincérité. Je pensais qu'elle allait juste dire "ok", et voilà tout. Je ne m'attendais pas à voir de l'admiration.

Je lui ai écrit un petit mot à l'intérieur. Je lui ai dit que j'étais fière d'elle et lui ai souhaité que Stephen King fasse pour elle ce qu'il a fait pour moi. Qu'il change sa vie. Qu'il fasse naître en elle un amour incommensurable de la lecture, de ses livres. Qu'il l'aide à réfléchir, à réaliser bon nombre de choses. Qu'il devienne son refuge, sa bouée de sauvetage, quand elle en aura marre de tout.

Je l'ai attendu ce moment. Le moment où je lui offrirait son premier King. Et ça a été génial à vivre. 

Je vous souhaite, à vous parents qui me lisez, de vivre ça. Offrez un livre de votre auteur favori par dessus tous, à vos enfants. Peu importe le livre, même si ce n'est pas votre favori. Faites lui simplement connaître cet homme ou cette femme qui a changé votre vie. Si vous n'avez pas d'enfants, offrez-le à votre neveu, ou nièce. C'est un héritage précieux.
L'héritage laissé aux enfants, c'est pas que la maison et l'argent. C'est l'amour et la passion, aussi. C'est laisser des livres qui ont été capables de vous emmener plus loin que n'importe quel bateau ou avion ne le pourra jamais. Des musiques qui ont un sens et une vraie mélodie. Des films qui bouleversent nos existences de part leurs messages profonds et entiers.

Laisser ces choses qui ont illuminé toute notre vie. Pour qu'ils illuminent la leur.

En écoute : Wednesday 13 - I Walked With A Zombie