Ah, internet. Cette possibilité, tout de même vaste, de se cultiver. Cette possibilité que nous avons aussi, toute aussi vaste, de pouvoir nous exprimer sur divers espaces. 

Je possède deux blogs. Un blog professionnel et celui-ci. Croatoan est toujours là et a sa petite place dans mon coeur, mais n'est plus actif, donc je ne le compte pas. Ces deux blog, que sont donc Samhain Sabbath et Anamnesis, sont mes deux chouchoux. Je travail dur sur Samhain Sabbath, et ici, ce n'est certes pas un travail mais j'en prends soin, parce que je l'aime fort aussi.

Je m'y exprime très librement mais, il est vrai, pas de la même façon. Ça ne vient pas d'une envie d'être plus lisse sur Samhain Sabbath (je n'en suis pas capable), mais les sujets évoqués sont très différents, et ont donc besoin, si je puis dire, d'une autre façon de parler, d'expliquer. Du moins, je le vis de cette manière. Je ne suis pas plus douce ou gentille qu'ici, mais beaucoup de sujets que je traite, comme le décès, les défunts, sont bien entendu emprunts de compassion, que je ressens véritablement. Ici, je vais davantage parler de nature humaine, de politique parfois, d'analyses personnelles du quotidien et des autres. Donc forcément, y a des gros mots, davantage parfois d'agressivité, à condition que je la juge nécessaire, parce que je veux faire comprendre quelque chose aux gens qui me lisent.

Mais j'ai un principe, et je le répète sans cesse. Vous savez, vous pouvez ne pas être d'accord avec moi. C'est pas grave. Je laisse aux gens peu réfléchis le loisir de s'offusquer d'être repris. C'est un problème d'égo surdimensionné pour pas grand chose, rien d'autre, qu'ils s'en démerdent.
Je ne suis jamais gênée par ça. Je sais aussi, que je peux avoir tort, et par ça non plus, je ne suis jamais gênée. C'est indissociable de ma condition en tant qu'humaine. Un humain ça a tort, c'est inscrit dans sa nature, nous ne sommes pas conçus de façon à ne jamais nous tromper. Que quelqu'un me dise "Angy tu te goures, c'est pas ça c'est ça", je vais davantage éprouver de la reconnaissance pour la personne qui me reprend, parce que je ne reste tout simplement pas dans mon erreur. La personne me permet une avancée, une évolution. C'est de la générosité pour moi, un cadeau, quand quelqu'un prend la peine de m'apprendre quelque chose, parce que rien ne l'y oblige. Même si j'ai en face de moi un personnage égotique, qui ne fera ça que dans un but de se valoriser, c'est son problème et pas le mien, je prends la leçon pour ce qu'elle contient et le laisse à son narcissisme stupide. 

Je suis quelqu'un d'aimant, de compatissant et de compréhensif. Mais, je reste une tête de con. Ça, ça ne changera jamais. 
Véritablement, je le dis, je suis une connasse. Je le sais pertinemment. Je n'en fais pas un drapeau dans le sens négatif du terme, parce que ce n'est jamais injustifié, je ne suis jamais méchante gratuitement. Je suis juste quelqu'un qui jamais, ne se laissera marcher sur la gueule, par personne. Je me fous totalement de qui vous êtes. Je n'ai jamais fais ça, je ne vais pas commencer à 40 ans. 

C'est pour ça que les insultes, les moqueries ou autres critiques aussi constructives qu'une fin de rouleau de PQ, me laissent froide. Je ne suis pas assez soucieuse de ce que pensent les gens de moi pour m'intéresser à ça. Je fais les choses que je pense devoir faire, par nécessité, par envie, par besoin. Je pars du principe que si les gens ne sont pas capables de me parler avec respect, alors ils ne méritent pas mon intérêt. C'est aussi simple que ça.

Je pense que la seule raison a une telle attitude est, au final, une existence clairement pathétique. Il faut bien réaliser la chose :

La personne vient sur votre site, et prend sur son temps libre, sur sa vie, perd du temps qu'il ne récupérera jamais, juste pour vous dire quelque chose de détestable. Faut vraiment rien avoir à foutre de ses soirées. Je sais pas moi, achetez vous une poupée gonflable, même si c'est que pour discuter, mais laissez les autres tranquilles, ils ne sont pas responsables du fait que vous vous faites lamentablement chier. Parlez à Siri, il est cool et même qu'il répond, lui. Parce que moi non, par contre.
J'ai beau dire que ce n'est pas la peine de perdre son temps à me laisser des gros mots ou autres joyeusetés parce que j'en ai rien à carrer, les gens continuent.

Un égo surdimensionné, sans doute. Un besoin pathétique d'attirer l'attention. Une volonté de marquer un esprit. Une volonté d'imposer son avis, son point de vue, sa pseudo vérité. Sa connerie aussi, surtout. 

Donc, toi (tous les "toi"), qui me laisse des commentaires si délicats, parce que tu es peut être frustré, triste, tout seul, ou avec une vie de famille merdique, prends ta vie en main mon chou et fais en quelque chose au lieu de déverser ta haine pour palier à ton ennui et à ta médiocrité. Mais laisses les gens vivre, eux ne sont pas responsables et ne sont pas ta poubelle émotionnelle. 

Tu m'aimes, c'est ça ? Mais moi aussi je t'aime. Tout pareil. 

1