Un vendredi soir tout doux, ou plutôt un samedi matin, vu l'heure matinale. Mais....

J'ai prévenu mercredi, mais j'étais malade depuis lundi. Et...

C'est d'hier, de vendredi, donc. Premier jour de la semaine sans douleurs, sans fièvre et autre joyeuseté. Une belle angine, comme j'en ai chaque année, à cette période. Je suis sortie le dimanche matin après ma douche, pour acheter un croissant. La boulangerie, en face de chez moi, je n'ai qu'à traverser la rue... Ça a suffit. Alors qu'il faisait pas loin de 20 degrés, avec un joli soleil et que tout le monde avait abandonné les pulls. Et vous savez quoi ? Moi j'en portais un pourtant. Je vous parie tout ce que vous voulez que parmi les gens dans la rue ce jour là, je suis la seule à avoir dérouiller toute la semaine suivante. Le Karma, toussa.
Je ne suis pas allée chez le médecin, je connais bien la situation. Inhalations pour les voies respiratoires, pastilles pour la gorge dans laquelle j'avais la sensation d'avoir des lames de rasoirs, boissons chaudes avec du miel, d'autres avec du thym, du citron et du miel, (pour la gorge aussi, mais surtout pour le côté antiseptique), doliprane pour le 39 (parfois plus parfois moins) de fièvre.
J'ai fait mon job, parce que je n'aime pas m'arrêter. Mais je me suis concentrée sur les commandes, je n'ai rien fait d'autre que ça. Le reste du temps, je tenais mal debout. Je devais faire beaucoup de pauses et boire du chaud pendant les comptes rendus MP3 pour parler sans trop dérouiller.
Le reste du temps, je tombais dans le coma, et j'essayais de lire un peu, parce que rester sans rien faire ni apprendre, à moins d'être complètement couchée pire que ça, je sais pas faire.
Je savoure ma guérison, une semaine quasi comme ça, c'est long. Je me sens bien mieux et je profite. Ce week-end sera donc consacré à un gros repos. Avec de la lecture quand même. Non mais oh.

Beaucoup d'entre vous ont dû voir cette vidéo. Et, lorsque certains ont dit vouloir cogner le curé, certains ont répondu que c'était un homme d'église, et qu'il était vieux.

Je vais être franche. Homme d'église et vieux ? Rien à carrer. On ne gifle pas un bébé, qui manifestement, ne se sent pas bien, à juste envie qu'on lui foute la paix. On ne baptise pas un bébé non plus déjà pour commencer, les croyances ça ne s'imposent pas, c'est à l'enfant, en grandissant, de choisir sa voie religieuse ou spirituelle.

Les parents ne réagissent pas tout de suite, visiblement choqués.

Moi, je me mets directement en colère. J'ai une fille, et personne ne l'emmerde, parce que quelques camarades ont déjà eu à me côtoyer. Le bouche à oreilles, la maman de la Choupinette à Couettes est cinglée, toussa. Je ne suis pas quelqu'un de compatissant envers les emmerdeurs, quelque soit leur âge où leur statut. Je m'en fous de ça. Un gosse ça s'éduque et ça se recadre, et un vieux con comme celui-là avec ses petits nerfs, ça se calme vite fait.

Sincèrement, dans ce cas de figure, je tape. Ce mec est un gros taré, et une bonne tarte dans la gueule ça ne lui ferait pas de mal, lui qui sait si bien les donner. Quand on donne des coups, on est capable de les recevoir, point final.
Je ne suis pas une adepte du "oh mais c'est un curé", "oh mais il est âgé". Son statut et son âge ne l'ont pas empêché de se montrer violent envers un petit bout de chou qui pleurait parce qu'il ne savait pas exprimer autrement son ras le bol et probablement sa peur aussi, face à ce gros taré qui lui maintenait la tête aussi fort et qui lui criait presque dessus. Si ce curé à la con n'est pas capable de compatir, de rester calme, pourquoi je le serais ? En voyant cette vidéo, je me suis dit qu'il avait de la chance que je n'ai pas été là. Et il a même eu la chance que beaucoup de gens ne soient pas là, car nous sommes nombreux à avoir eu envie de le coller au mur. Je crois qu'il aurait reçu un enseignement ce jour là. Il aurait su ce que ça veut dire, de prendre des coups. Ça aurait été un tel bonheur pour moi de lui enseigner ce qu'est une véritable gifle. Et plus si affinités.

Sincèrement, j'espère une sanction. Parce que c'est inadmissible. Cet homme d'église, qui dégage autant de crasse, de méchanceté et d'intolérance, qui se montre de surcroit violent, ne devrait plus être autorisé à approcher des enfants. On devrait le foutre sur une île déserte, avec les autres tarés de sa trempe.
Mes propos sont élitistes ? Oui. Et je l'assume. Tu fais du mal comme ça gratuitement aux gens, t'es un inadapté social donc t'as rien à faire dehors avec les autres, fin de l'histoire.

Quand j'essaies de refaire un tour sur le net de façon plus vaste, je reçois toujours la confirmation que vivre en communauté, dans le monde tel qu'il est, n'est pas possible pour moi.
Je vois une photo d'une jeune fille qui dit qu'on lui a déjà signifié qu'elles avait de beaux yeux. Et les insultes ont été bon train. "Tu es moche", "tu as une sale gueule". J'ai liké la photo, en lui disant qu'elle était choucarde. J'ai eu envie de la soutenir face à ces attitudes de merde. Ça se croit fort derrière un écran. Ça détruit et ça s'en fout.
Je pense que notre rôle est d'intervenir. Et ça m'a fait plaisir de voir des gens recadrer tous ces crétins. Que ce soit en recadrant, ou en valorisant la personne, peu importe comment c'est fait. Il ne faut plus laisser passer ce harcèlement écoeurant, qui pousse au suicide quantité de personnes fragiles. Il y aurait moins de morts, si tout ces êtres imbuvables se retrouvaient plus souvent face à des murs qui leurs clouent le bec. Je suis triste de voir encore tous ces gens être trop présents. Mais je suis heureuse de voir que des gens se lèvent enfin contre ça.

Nous devons tous nous lever contre ça.

J'ai un nez. Et des cernes aussi. Je pense que Facebook a voulu que vous le perceviez davantage.

Il fut enfin ! Plein de gens essaient de venir sur mon instagram perso fermé au public... Alors je me suis dit qu'en faire un perso ouvert à tout le monde serait cool.
Par contre, si vous vous abonnez.... C'est à vos risques et périls, faut pas venir pleurer après en disant "elle est pas normale", toussa. Je n'ai, pour commencer, jamais prétendu l'être, parce que je n'aime pas mentir sur la marchandise. C'est un compte personnel. Donc je partage ce que j'ai envie quand j'en ai envie, mais toujours de bon coeur. Comme sur le pro, d'ailleurs.
Je ne suis pas une adepte des super photos travaillées avec les petites fleurs et les pierres. D'ailleurs ces photos me gonflent, parce le manque de naturel y est tellement évident que ça me sort par les yeux. C'est juste de la mise en scène qui a pris des plombes pour faire joli, sans compter le nombre de fois où la photo a été prise parce que ça n'allait pas, tout ça pour attirer les likes. Qu'on le fasse pour un produit à vendre ça ok, je comprends tout à fait, pour le marketing c'est spécial, tout comme lorsque la photographie est un métier,  mais le reste du temps les filles (c'est quasi toujours des filles), ce serait bien de respirer par le nez et de vous foutre un peu des apparences, histoire d'être un peu crédibles et d'avoir l'air d'être autre chose que superficielles.
Mes photos, j'essaies qu'elles soient jolies, mais la mise en scène toute poupouille new age avec les tites fleurs, les tits cailloux, et les graines de machin et pétales de fleurs séchées que tu vas ramer pendant 20 minutes pour les ramasser, plus 3 heures pour prendre le cliché... Vas mourir.
Un peu de spontanéité bon Dieu, au lieu de toujours calculer comme ça, ça devient grotesque à la longue. Un moment, ça se vit pour le moment, et il suffit juste de partager ce moment, à ce que je sache, dans la vie, on est pas entouré de fleurs et de graines de sésame sur la table avec la petite licorne en tutu au dessus du bol de thé.
Mes photos sont moins jolies certainement... Mais elles sont là parce que j'ai envie et je suis quelqu'un de très très très (encore plein de "très") simple. J'aime ce qui est épuré, doux ou brute, sincère, sans fioritures. C'est ça qui fait que ces clichés ultra surfaits m'emmerdent, et que je ne suis, et ne suivrait jamais, aucun compte qui en contiennent.
Instagram, c'est surfait, c'est mensonger. C'est le culte de l'apparence caché derrière une pseudo simplicité, une pseudo spiritualité, c'est des vies qui n'existent pas, finalement. Il faut arrêter ce culte du beau et du trop mignon tout doudou, c'est en train de nous détruire.

C'est bizarre. Avec ces clichés surfaits, j'ai la sensation d'étouffer.

Bien entendu, c'est un avis personnel. Que ce soit écouté ou pas, c'est pas vraiment mon problème. Je choisi qui m'entoure, de toute façon.

Un clip pour finir. Mon groupe préféré, en dehors de la scène metal. Je les adore et les écoute en boucle, leurs albums sont de vraies merveilles.