Pardonnez le titre mais c'est le seul qui me vient et qui reste, et puis, il est justifié. J'ai envie de traiter de ce sujet. Le dernier morceau de Damien Saez, qui ne fait pas l'unanimité. Pas de volonté d'être méchante, mais une réflexion personnelle que j'ai envie de partager. 

Damien Saez - Blog Anamnesis
Photo prise au concert d'Amien, en 2017. Vous n'avez pas l'autorisation de la prendre et de l'utiliser.

Son dernier morceau, "P'tite Pute", qui est le premier single du prochain album "#humanité" (oui, écrit comme un hashtag) et qui sortira le 30 novembre 2018,  a reçu un accueil plus que mitigé. Je peux comprendre qu'on puisse de pas aimer. C'est un artiste particulier, avec une façon de s'exprimer quelque peu radicale. Il a des opinions, des avis, des convictions qu'il partage avec la plus grande franchise, avec un langage cru qui ne laisse planer aucun doutes sur ce qu'il peut penser ou ressentir.

C'est la raison pour laquelle il est l'artiste, qu'incontestablement, j'admire le plus. Je ne me lasse jamais de l'entendre chanter, de l'entendre parler. Ses mots, ses convictions. Il est celui qui met l'art au service du peuple, qui se sert de sa notoriété pour tenter de changer les choses. Il veut percuter, bousculer les esprits et espère provoquer des prises de conscience, sur ce qui à ses yeux, est intolérable. La politique, les réseaux sociaux, le capitalisme, l'humain.... Il parle de ce qui est important. Les sentiments, l'importance du respect, envers soi et les autres. Ne pas se vendre, jamais. 

Et arrive donc "P'tite pute". Avant de vous dire ce que j'en pense, je pense qu'il est judicieux de vous demander de l'écouter. Car si vous ne l'écoutez pas, vous n'aurez pas une vision juste des choses. En écoutant, vous pouvez dialoguer avec moi pas la suite, me comprendre aussi. Je ne vous dit pas que vous serez d'accord avec moi, en aucun cas, et ce n'est d'ailleurs pas ce que j'attends de vous. Mais vous aurez tous les éléments pour saisir mon point de vue. 

Maintenant que vous avez écouté (ou que vous connaissez déjà), je souhaite commencer par dire que je ne comprends pas les accusations de misogynie dont il a été la cible dès la sortie du single. "Damien  Saez" et "misogynie" dans la même phrase, ça jure. Il a toujours défendu fermement la liberté, celle des femmes y compris. Jamais il n'a jugé la liberté d'une femme à faire ce qu'elle veut de son corps, bien au contraire. 
Je crois en réalité que le texte est terriblement mal interprété. Je crois également que dans cette incompréhension, il y a parfois une terrible mauvaise foi, une volonté de ne pas comprendre. On écoute, mais on reste bêtement sur ses opinions, et sur son aveuglement. Et ainsi, Damien Saez est un misogyne, un mec de 41 ans qui ne sait plus comment vomir sa haine, et j'en passe. Rien n'est plus faux que tout de ce que j'ai pu lire sur lui ces derniers jours. Je ne sais pas comment on peut prendre ses mots pour de la misogynie... Ça me laisse perplexe, car à moi, ce texte me semble d'une clarté redoutable. J'écoute le morceau, je lis et je me dit... "Mais comment ils se démerdent pour comprendre ça ?".

malade

Avant de continuer, je vais préciser une chose pour ceux qui ne me connaissent pas et qui passeraient par là par le plus grand des hasards : Je suis une féministe convaincue et militante, depuis l'âge de 13 ans et j'en ai 41. Je n'ai strictement rien à apprendre sur le féminisme. 

Le mot "pute" ce mot qui dérange. Il signifie "prostituée". Et dans ce texte, il est très bien utilisé, il est même justifié. Je pense qu'il faut stopper ce féminisme de comptoir, qui fait qu'on ne peut même plus reprocher quoi que ce soit à une femme.
Dans ce morceau, il est question de toutes ces instagrameuses (et on peut étendre ça aux hommes, tout comme à tous les réseaux sociaux, mais il est vrai qu'instagram s'y prête davantage, puisque le réseau est spécialisé dans le partage de photos exclusivement) qui n'hésitent pas à poser nues, dans des positions plus que suggestives, qui font d'elles de véritables objets sexuels. Parfois, pas de positions suggestives, mais un nu totalement gratuit et inutile. En échange de likes sur le cliché, sur le compte, ou en échange d'un service, car ces clichés servent aussi à la vente. En échange, en clair, d'une pseudo notoriété. 

Il est aussi question de cet esclavagisme, selon moi, de cette dépendance aux réseaux sociaux, cette adoration des icônes du vide, qu'elles soient célèbres ou non. La superficialité, l'hypocrisie, la prostitution, prendre les gens pour des portefeuilles. Il s'agit de la vente de son corps, mais de son âme aussi, selon moi. 

Ce qu'il évoque ici, fait parti des raisons pour lesquelles j'ai définitivement quitté Twitter et pour lesquelles j'ai grandement changé mon utilisation des réseaux sociaux. 

Pour moi, ce titre est un appel au respect de soi, de son corps, des autres, des vraies valeurs. Il est une volonté de prise de conscience. Le monde sombre dans la superficialité, à grand coup de Kardashian à la télé où on essai de vous faire croire qu'elles bossent, alors qu'elles sont justement la "p'tite pute" dont il est question ici. Elles et tant d'autres. On vend sa vie, son corps, littéralement, pour se faire voir, pour être admiré, pour vendre aussi ses produits et autres prestations de services. 

Les accusations de misogynie ne tiennent pas, car il n'est en aucun cas ici de sexualité à titre personnel. Il n'est pas question, dans ce texte, de dire aux femmes qu'elles ne peuvent pas coucher avec qui elles veulent. Et ça, je ne l'invente pas, il suffit d'écouter : Ce point n'est jamais mentionné. 
Il ne s'agit que de prostitution, qui peut en réalité prendre de nombreuses formes, avoir quantité industrielle de visages. Il suffit en réalité de se vendre, c'est la seule et unique base, la relation sexuelle n'est en rien une obligation pour qu'il y ait prostitution, et d'ailleurs, dans ce texte, il est facile d'entendre qu'il parle de plusieurs formes de prostitution, justement. A partir du moment où on se vend peu importe comment c'est fait, en échange de quelque chose, pardonnez-moi.... Mais on est une pute. Il faut appeler un chat, un chat. 

Il y a, sur instagram (et ailleurs), quantité de comptes où les femmes posent à poil, des hommes aussi d'ailleurs. Le nombre d'abonnés à ces comptes est important. Parmi eux, des hommes et des femmes qui ont pourtant quelqu'un dans leur lit, qu'ils sont supposés aimer.
Et moi je me dit "si tu as un mec ou une nana et que tu ressens le besoin ou la simple envie de reluquer des culs autres que le sien, poses-toi des questions sur ta relation, parce que ça va pas, de toute évidence".
Quand on est vraiment amoureux, le cul de son ou sa partenaire est supposé suffire. Si problème il y a, on le règle ou on s'en va, mais on ne s'abonne pas à des comptes de ce type, où les femmes ne sont que des trous, et les hommes de vulgaires "paquets" pour rester polie. Ça s'appelle le respect. Ça s'appelle l'honnêteté aussi, envers soi et l'autre. Ça s'appelle vraiment respecter les femmes. L'excuse de la sublimation de la femme ne tient pas, parce que la féministe que je suis vous dit qu'on peut sublimer une femme avec des fringues. Et le nu artistique, ça ne ressemble en rien au fait de poser les cuisses écartées ou à 4 pattes le cul en l'air. Aucune sublimation, ni aucun respect pour la femme là dedans. 
Si un homme vient me voir et me dit qu'il suit ce type de compte et s'amuse à avoir un discours féministe, je lui répondrai d'aller se foutre de la gueule de quelqu'un d'autre, parce que personnellement, malgré que je soit une femme, j'ai un cerveau. Encore une fois, sexualité personnelle et prostitution, ce n'est pas le même combat. 

La prostitution, je suis personnellement abolitionniste, même si ça ne plaît pas toujours lorsque je le dit. 

Valider la prostitution : Vous expliquez, accordez, acceptez, qu'il est possible de louer, d'acheter un être. Vous faites de l'être une marchandise. Point. 

Je ne me sens pas prête à trouver ça normal. Un être vivant n'est pas estimable. La vie à mes yeux n'est pas estimable.  Donc je refuse l'idée qu'on la marchande, la vende, lui manque de respect. 
Et doit-on rappeler que les choses qui se vendent, les objets, n'ont pas de valeurs, autre que potentiellement monétaire ? Qu'on se donne le droit ensuite d'en faire ce qu'on veut, puisqu'on le possède ? C'est quand même loin d'être charmant, pour une femme ou un homme, non ? Le corps et l'âme ne méritent donc pas mieux, vraiment ? 

On peut marchander quantité de choses. Par exemple, achetez donc des sex toys, masturbez-vous. Sans marchandage, vous avez l'option  d'avoir un sex friend, même, pourquoi pas (consentement mutuel, pas de marchandage, tout va bien, on s'en fout). Mais on achète ni ne vend un corps ou une âme. Ça va trop loin ces conneries. Vraiment. 

Et pour moi, ça fait des lustres que Damien Saez essai d'expliquer que tout ça, ça ne va pas. Tout devient tellement froid, basé sur le fric, la superficialité, le sexe dans son aspect le plus crasse, tout se vend même les corps et les âmes. Je comprends qu'il dise autant de gros mots. 

Cependant.... Pour finir, il y a un petit point sur lequel je ne suis pas d'accord avec lui : Le choix de la pochette. 

Elle n'est pas grandiose de mon point de vue, ni judicieuse. Je ne trouve pas spécialement intelligent de foutre une gonzesse à poil sur une pochette pour dénoncer le fait que les gonzesses se foutent à poil.
Je pense que ce qu'il a voulu faire, c'est une véritable mise en scène pour montrer à quel point les réseaux sociaux et l'attitude des gens qui sont dessus sont désastreux. Je pense qu'il aurait pu s'abstenir d'aller jusque-là, mais je comprends que dans son esprit ce soit plus une dénonciation qu'autre chose, que pour lui ça ne soit pas quelque chose de gratuit.
Mais de mon point de vue, suggérer la nudité aurait donné plus de valeur à son discours, puisqu'il n'aurait pas fait la même chose que les gens qu'il critique.
Je ne reste pas fan de la méthode, je ne suis pas d'accord avec ce choix artistique bien que j'en perçoive la volonté claire de dénonciation, qui pour moi, malheureusement, est un non-sens quelque part.

Il faudrait pouvoir en débattre avec lui, peut-être s'exprimera t-il sur la question. Après quand on voit le gros ours asocial que c'est, c'est malheureusement pas forcément dit qu'il le fasse.

J'adore ce single. Je l'écoute en boucle, car pour moi il est une parfaite réussite, que ce soit dans l'écriture du texte, que dans la composition de la musique. C'est du pur Damien Saez, et c'est ce que j'espérais. J'ai vraiment hâte d'entendre l'album en entier !

335580231